Les dépenses des consommateurs ont fait un bond important sur le marché des biens de luxe en Chine continentale en 2020 en raison de la réduction des voyages à l’étranger, ce qui a provoqué une hausse exponentielle des dépenses nationales, d’après une étude de Bain & Company.

Selon le document, quatre facteurs ont entraîné ce rythme de croissance accru, une situation qui continuera à assurer des opportunités pour les marques de luxe chinoises. Le marché des biens de luxe de Chine continentale devrait atteindre un taux de croissance de 48 % en 2020.

La baisse des voyages internationaux qui a suivi les premiers confinements de la Covid-19 ont incité les consommateurs chinois à réaliser leurs achats de luxe dans le pays, ce qui a fait grimper le marché domestique. Cette hausse a contribué à doubler la part globale de la Chine dans le luxe international, jusqu’à atteindre 20 %, mais la croissance en Chine continentale pourrait ne pas compenser la perte de consommation des produits chinois à l’étranger.

L’année a également été le théâtre de variations de croissance parmi les catégories. La maroquinerie et les bijoux étaient en tête, avec un taux d’environ 70 % à 80 %. Les vêtements et chaussures de prêt-à-porter ont progressé d’environ 40 % à 50 %. Les dépenses de beauté de luxe ont augmenté d’environ 25 % et les achats de montres haut-de-gamme se sont améliorés d’environ 20 %.

La croissance de cette année devrait se maintenir, plaçant le pays en bonne voie pour prétendre à la plus grosse part de marché d’ici 2025. Parmi les locomotives du marché des biens de luxe chinois en 2020, on retrouve les marques qui ont profité d’un essor de leur croissance, allant de 10 % à plus de 70 %, selon leur nom. Comme les conditions internationales ne devraient pas revenir à la normale avant 2022 ou 2023, Bain & Company considère que la plupart des marques de luxe continueront de profiter d’une croissance nationale positive l’année prochaine, à un niveau d’environ 30 %, et ce au moins jusqu’au second semestre. Le rapport affirme que les marques qui tentent de maintenir leur activité réalisent d’importantes transactions hors d’Internet, par exemple avec des expositions de joaillerie et des salons de mode, des présentations de produits sur invitation uniquement, des boutiques éphémères pour des collections saisonnières, des lancements de boutiques flagship et des cafés à thème.