La hausse de production de diamants synthétiques a engendré une chute des prix l’année dernière, offrant ainsi à ces pierres une plus grande part du marché des bijoux de mode, d’après Bain & Company.

La production de diamants synthétiques a profité d’une croissance à deux chiffres ces deux dernières années, atteignant 6 millions à 7 millions de carats en 2020, d’après des déclarations de Bain lundi 8 février, issues de son rapport annuel sur l’industrie, mené en partenariat avec le Antwerp World Diamond Centre (AWDC). En 2017, le prix de retail d’un diamant synthétique G, VS de 1 carat équivalait à 65 % de celui d’un diamant naturel taillé ayant les mêmes attributs. Ce chiffre a reculé à 50 % en 2018 et 2019 et à 35 % en 2020.

Cette tendance à la baisse, liée aux progrès de la technologie de synthèse, pourrait aider les diamants synthétiques à pénétrer le segment plus large des bijoux de grande consommation, a expliqué Olya Linde, associée de bain, à Rapaport News. Les grandes maisons de mode font de plus en plus la promotion de cette catégorie, considérée comme une alternative aux collections populaires en cristaux, a-t-elle ajouté.

« Nous considérons que les nouvelles baisses de prix rendront les diamants synthétiques accessibles à un plus vaste groupe de consommateurs, aux budgets limités, et les rapprocheront de la catégorie des bijoux de mode, dans laquelle ils disposent d’un potentiel de croissance », a-t-elle fait remarquer.

La pandémie de Covid-19 a également accéléré l’acceptation des diamants synthétiques par le marché, du fait que les consommateurs ont moins de revenus disponibles et achètent de plus en plus sur Internet.

« Il est intéressant de savoir que la croissance a été particulièrement solide aux États-Unis, probablement même la plus solide, a expliqué Olya Linde. Ce que nous avons constaté, c’est que les diamants synthétiques sont entrés par la porte du commerce électronique, contrairement aux diamants naturels. La croissance a donc pu se poursuive plus facilement car la procédure est plus fluide en arrière-plan. »

Actuellement, les diamants synthétiques occupent une place à part sur le marché, en raison d’une différenciation constante entre les produits, a souligné Olya Linde.

« Je pense qu’ils touchent de nombreux publics différents, a-t-elle fait remarquer. Avec les avancées technologiques et la baisse continue des prix, les diamants synthétiques se déplacent vers la catégorie des articles de mode, ce qui devrait selon moi ouvrir des opportunités à de nouveaux clients, en particulier ceux qui n’envisageraient pas d’acheter des bijoux en diamants. Il ne s’agit donc pas d’une substitution pour des diamants naturels, mais d’une véritable expansion du marché total»

Toutefois, si la distinction entre diamants synthétiques et naturels devenait plus floue, les diamants synthétiques constitueraient un concurrent plus sérieux pour les pierres naturelles.

« Si la tendance à la différenciation s’inverse, les diamants synthétiques pourraient être plus présents dans le segment des bijoux hauts-de-gamme, ce qui compenserait la baisse de l’offre de diamants naturels », a ajouté Olya Linde.

Source Rapaport