Le Gemological Institute of America (GIA) a constaté qu’il recevait de plus en plus de diamants synthétiques portant des inscriptions contrefaites, laissant penser que les pierres sont naturelles.

Les clients qui utilisent les services de mise à jour ou de vérification du GIA envoient de plus en plus souvent des marchandises qui se révèlent être des synthétiques, d’après ce qu’a déclaré l’organisation lundi 14 mai. Ces pierres présentent des gravures falsifiées au niveau du rondiste, faisant référence à un numéro de rapport authentique d’un diamant naturel, tandis que la plupart ont des mesures et des poids quasiment identiques à ceux des diamants naturels qu’ils imitent.

Dans un récent dossier, une personne a présenté un diamant synthétique H, VVS2, triple-Excellent de 3,075 carats au GIA Anvers pour une mise à jour. La pierre disposait d’un rapport pour un diamant naturel G, IF, triple-Excellent de 3,078 carats. Les véritables dimensions de la pierre synthétique n’étaient éloignées que de quelques centièmes de millimètre des mesures du rapport du diamant naturel, d’après le GIA.

« Cette situation malheureuse montre pourquoi il est important, notamment lors des transactions dans lesquelles l’acheteur n’a pas de relation de confiance avec le vendeur, de disposer du rapport de certification mis à jour avant de réaliser un achat », a déclaré Tom Moses, vice-président exécutif et directeur de la recherche et du laboratoire du GIA.

Le GIA a effacé l’inscription contrefaite et inscrit le numéro de rapport d’un nouveau certificat délivré par son établissement, ajoutant le terme « produit en laboratoire » sur le rondiste, comme à son habitude.

En février, l’institut avait signalé avoir reçu plusieurs diamants synthétiques ou traités, disposant de rapports de diamants naturels et d’inscriptions falsifiées.

Source Rapaport